Accueil - HOME
HISTORY STUD polish
PELAJA II ( Ecaho)
VOLISKA (Warandes P)
PEDRA ( Jumanji)
ENERGIDA (Werbum)
-NEW'S-
MONOGRAMM
EKSTERN
RAPPORT IMPORTANT+++
IMPORTANT REPORT +++
POLISH LINE ETALON
POLISH LINE MARE
SH CHAUVENIST
STALLION-POLISH
MICHALOW
JANOW PODLASKI
Album photos
BIALKA + Championnat
CHPT Bialka all 2017
KUROZWĘKI
KLEMENSÓW
NOWY DWÓR
ALBIGOWA
CHPT nat-1979-2017
CHPT NAT POLISH
Chpt Autumn Show
Chpt WROCLOW
Al Khalediah Europea
Chpt WARSAW
Chpt POZNAN
Chpt BELZYCE
Chpt FALBOREK
CATALOGUES-PRIDE
PRIDE OF POLAND
OR WILL POLAND?
Chpt AMATEUR
HISTORY
PS-AR Polonais en FR
COURSE 1947-2010
Histoire de la race
VIDEO CHEVAUX
VIDEO Prideof poland
CONTACT
HORSES DIED
ARAB IN THE WORLD
WHAT IS PUR POLISH?
SOPHIE -HORSEFLY
HALSDON ARABIANS
IZABELLA-ZAWADZKA
LUTETIA ARABIANS
CANTERBURY FARM
RUSSIAN HISTORY
MAKE BELIEVE FARM
NEXT RUSSIE
FREDERIC JAGER
JERZY ZBYSZEWSKI
DAVID BOGGS
MARIA JAWOROWSKA
POLISH-HISTORIA
RUSSIAN HISTORY
NOM A-Z
LIVRE D'OR-GUESTBOOK
LINKS
ARABIAN-HORSE-TIMES
Arabian Hors JOURNAL
INTERVIEW VERY GOOD
PHOTOGRAPHER
WAHO-Conference
THE NAME
INFO-SCID
Plan du site


TOM ARABIANS Arabians Horses Polish


 Avant d'aborder en détail l'élevage du pur-sang arabe en Pologne et ses lignées actuelles, il convient de replacer ce programme dans son contexte historique. En effet, le pur-sang arabe polonais actuel est l'héritier d'une longue tradition d'élevage, fortement influencée par l'évolution du pays

 

                                         Race Arabe 

 

Il est difficile de prétendre où et quand exactement les chevaux arabes trouvent leurs origines.

Il y a certains arguments que les ancêtres des pur surg arabes étaient un cheval sauvage venait du le nord de la Syrie, le sud de la Turquie et, éventuellement la région du Piémont à l'est. La zone le long de la bordure Nord de la Cressent fertile, - maintenant la Syrie, l'Irak, l'Iran et la péninsule de l'Arabie - allant de l'ouest à travers le Sinaï et le long de la côte d'Egypte a offert un climat doux et assez de pluie pour offrir un environnement idéal pour les chevaux.

Le biotope de la péninsule est sorti : des déserts inhospitaliers avec oasis le long de l'Euphrate et du Tigre, de Bahreïn, Irak, Israël, Koweït, Liban, Oman, Palestine, Qatar, Arabie Saoudite, Syrie, Jordanie, Emirats Arabes Unis jusqu'à la pointe de la  République du Yémen sur la péninsule.

D'autres historiens suggèrent que cette race unique origine dans la partie sud-ouest de l'Arabie, offrant preuves à l'appui que les trois grands lits du fleuve dans ce domaine avaient la condition naturelle des pâturages sauvages et ont été les centres dans lesquels les chevaux arabes est apparu comme non domestiquées pour les premiers habitants du sud-ouest saoudite.

D'après les informations historiques les plus susceptibles au début, le cheval sauvage venait dans ces zones d'Arabie par l'Iran et l'Asie mineur

La race Arabe a tracée parmi  les chevaux légers d’après les écrits que nous avons depuis plus de cinq mille ans.

Pendant des siècles, l'Arabie a été maintenu entre les tribus du désert, généralement connu comme les Bédouins largement réparties sur les zones décrites ci-dessus (voir carte).

Depuis les temps bibliques les Bédouins ont erré dans les déserts de la péninsule arabique étendue. Unités tribales ont été liées par les liens du sang et les relations. Leur vie était  simplement la survie des plus aptes dans un climat rude et sec, une vie qui traite de la nécessité avec des espaces ouverts et libre à la circulation pour la recherche de pâturages pour leurs chameaux, moutons et chevaux.

La migration annuelle des tribus n'étaient pas un hasard. Chaque tribu avait tendance à rester dans des domaines spécifiques, sauf en période de sécheresse extrême, ou au cours de guerres tribales où les zones de migration pouvait être considérablement étendu. Bien que le chameau ait été le principal moyen de transport, le cheval arabe a été essentiel pour les Bédouins, en particulier dans des raids ou des guerres, qui étaient tous deux des événements fréquents. Aucune des tribus ne possédaient des chevaux en grand nombre, mais les nomades « embrassaient » leurs chevaux avec une passion sans égal dans l'histoire humaine. Theys vécu très près et partageait leur  savoir faire , la nourriture, l'eau et même parfois les tentes d'où il est dit que le cheval arabe héritait de sa haute intelligence et la loyauté grâce à la famille. Des facteurs éthologiques, l'arabe a été formé par les Bédouins. Leurs ressources limitées, vivant dans l'isolement depuis des décennies étaient  fondée sur la religion, de croyance, fondée sur la superstition Allah en combinaison avec la tradition, les Nomades zélés ont maintenu la pureté de la race. Les pratiques d'élevage étaient dur et très sélectif. Tout mélange de sang venant de "l'étranger" par les montagnes , les villes ou le désert environnantes  étaient strictement interdit. On croyait que le front bombé était la bénédiction d'Allah. Par conséquent, plus les "Jibbah" plus les bénédictions portées par le cheval. Le cou grande arche avec une crête élevée, le "Mitbah" était un signe de courage, tandis que la queue portée gaiement était fier.

Ces traits de caractère ainsi que la perfection physique, comme la vitesse et l'endurance, avaient une haute estime et étaient intensément élevés pour ces caractéristiques.

Cela a aidé le cheval arabe à devenir un bien précieux, et même de nos jours. Première décennie en Europe (Hongrie, Pologne, etc.) ainsi que la Russie., étape par étape cette propagation restera très apprécié dans le monde entier.

Le cheval arabe a souvent été utilisé pour la guerre,  pour les longues randonnées et des incursions rapides dans les camps de l'ennemi. Un Bédouin bien monté  pouvait attaquer et  capturer des troupeaux de moutons, chameaux, chèvres et ce pour ajouter à la richesse de leur propre tribu. Un tel raid était réussi que si les agresseurs pouvaient attaquer avec surprise , vitesse  ,et de préparer sa fuite.

Les juments étaient les meilleurs pour des raids, de cette façon elles ne  faisaient pas hennir les chevaux de la tribu ennemie, ce qui auraient alertés et donner l'alerte à leur approche. La meilleure preuve de courage dans la bataille était donnée par de grandes juments , en prenant les charges et les coups de lance sans bouger. La vitesse et l'endurance sont essentielles aussi bien pour les raids qui étaient souvent menées loin du camp d'accueil de la famille et des enfants.

Non à la guerre, les tribus se rencontrent, avec une grande hospitalité, pour rompre le pain et de partager des histoires de leurs chevaux les plus braves et plus rapides . De cette façon, les courses onavaient lieu. Le gagnant en guise de premier prix prenait le meilleur de la harde aux perdants. Les animaux de reproduction pouvaient être achetés et vendus.

Très rare étaient conversés les étalons, la plupart des poulains étaient vendus au moment où ils étaient assez vieux pour devenir une nuisance dans le camp. Les Juments étaient volées lors d'attaques ou changeaient de propriétaire par la vente ou comme cadeaux d'un cheikh à l'autre. Mais en règle générale, les juments de « guerre » n’avaient  pas de prix.

Le code d'honneur du bédouin était de la partie , il devait fournir au nouveau propriétaire les informations  de la souche d'élevage de son cheval , même pour les juments prises dans des raids ou des guerres.

Ils avaient découvert depuis longtemps que l’ Asil , pur sang arabe était le meilleur cheval possible à ses fins. Leur succès à manœuvrer à distance et à voir les chevaux montés par des troupes gouvernementales ou citadins de la zone a amplement démontré que l’Asil arabe n'avait pas besoin de l'amélioration des chevaux de qualité inférieure! C'était une question d'ordre pratique que même si une jument devait aller dans une autre tribu, son information généalogique devait aller avec elle pour qu'elle soit toujours honorée et élevés uniquement avec                                   des Etalons « Asil ».

C’était seulement avec cette façon de faire que les Bédouins pouvaient être assurés que les générations successives de juments qu'ils pouvaient acquérir étaient  leur véritable PEDIGRE.

.

Dans différentes tribus bédouines,  il y avait été développé différents types de chevaux arabes.

Les principaux sont joints à la soi-disant "AL Khamsa",

Les cinq souches sont : Kuhailan, Hamdani, Hadban, Saklawi et Ubayan.

A côté d'eux il y avait : Munighi, Jilfan, Dahman, Shueiman et d'autres.

L’orthographe sera différent par rapport à la prononciation qui sera utilisée.

Kuhailan, Saklawi et Munighi sont les plus caractéristiques.

Ils ont tous des types  différents , par elle-même. la disposition et le charme .

Le Type est une question de goût, et la disposition est liée à des règles de confirmation (d'origine fondées sur la capacité d'emploi). De nos jours « le Charme » est une tendance de plus en plus affirmée....."

Oui!  Toute cette variété a fait de l'ARABIE le créateur de la RACE Arabe (PSar)....à méditer ....

 

       


TOM ARABIANS
info@tom-arabians.com
google analytics